RENCONTRES

Un moment d'idéaux qui se rencontrent, un univers des possibles qui s'entremêlent et démultiplient à l'infini un futur qui soudainement s'offre devant. Ce mécanisme, cette plongée délicieuse vers un inconnu désiré et déjà fantasmé, cet oubli de soi libérateur alors que les bagages sont parfois lourds et pesants. Découvrez ici quelques petites histoires pour le plaisir. Des rencontres comme on pourrait en rêver, des rencontres qui pourraient arriver si on s'écoutait plus parfois.

Une Nuit dans le Train vers la Montagne

Gare d’Austerlitz.

La foule autour se presse, marche à grand pas, se dépêche. Tout le monde va quelque part dans une gare, ce n’est pas un endroit pour méditer. Je me sens comme investie d’un sentiment d’aventure. Bah oui, j’ai un gros sac sur le dos, j’ai vraiment l’air d’une baroudeuse. En plus je suis seule, donc j’ai l’air courageuse. Je me sens bien parce que moi aussi, comme tous ces autres, je sais où je vais. Au moins pour les prochaines dix heures de ma vie.

Je vais passer la nuit dans le train. Gare d’Austerlitz – Moutiers. Direction les Alpes, la neige, le blanc, la vie insouciante des biens nantis qui vont à la neige en hiver. J’en fais parti, et pour le moment, je n’y pense pas, pas de culpabilité, pas même de gratitude, juste l’anticipation joyeuse de retrouver des potes et d’aller fouler la neige avec mon snow. Question de moment, de perspective, le cerveau bloque, amène sur le devant de la scène, efface ou passe en boucle au grès des émotions, des situations et des interactions.

Vacances à la Montagne - by Ariane Tovl

Il était une fois...

Elle se levait tous les matins pour aller nager. Quelle chance d'habiter si proche de la plage. 

Elle s'était réveillée doucement, engourdie par la chaleur confortable de son lit. Alors que son esprit émergeait gentiment des brumes du sommeil, le souvenir de sa vie effaça en un brusque éclair blanc les réminiscences de son rêve nocturne. Une brève douleur, un serrement de son cœur, un rappel au réel. Elle happa deux courtes respirations et força ses émotions au calme, elle s'enfonça plus profondément dans sa douce couette et dirigea son esprit impérieusement vers ce qui restait de son rêve. Il avait été doux et agité de désirs, il était tellement supérieur à la cruelle et froide réalité de sa solitude. Encore un moment, un instant. La douleur s'apaisa, devint sourde et le remous de ses émotions se résorba. Avec un soupir, alors, elle se leva, la chape du réel lourdement réinstallée sur ses épaules. Elle se faisait l'effet d'un être dessiné pour vivre dans une atmosphère à faible gravitation et forcé à vivre sur Terre, constamment écrasée et oppressée par la lourdeur de la réalité physique, agressée par le tranchant des événements. Elle allait nager, là au moins, elle flottait, elle était plus légère et brièvement, elle se sentait à nouveau libérée et sereine.

Saint-Malo - by Ariane Tovl

La première goutte de pluie

Des yeux en amande.

Bleu nuit.

Un parfum.

Sombre et capiteux.

Du velours olfactif.

Je me suis retourné, brièvement, cherchant à conserver son image. Mouvement. Elle me remarqua instantanément, tournant vers moi son visage aux traits finement dessinés.

J'enregistrais. Chaque couleur, chaque odeur, chacun de ses mouvements même les plus infimes. Je ne sais pas pourquoi. J'avais la sensation soudaine d'être sorti du fil de la réalité et que si celle-ci me rattrapait, j'allais l'oublier.

Et je ne le voulais pas. « Pourquoi ? » pourrait s'interroger l'individu lambda. Pour moi, la question ne se posait pas, la nécessité était impérieuse, vitale.

Sa personne , son âme semblait flotter au-devant d'elle-même, prête à engloutir dans sa lumineuse beauté ceux qui osaient poser les yeux sur elle.

Et je l'avais fait. J'avais été saisi, choisi par le destin pour la regarder.